L’Atelier de Muriel
Quelques mystères planeront sur l' histoire du Samadet : Le Pâtissier sera retrouvé, un matin d' automne 1758, mort dans son lit, sans doute assassiné par l' un de ses proches, jaloux de sa réussite.
Jean Darbins prendra  sa succession.
Des thèmes communs ont voyagé ainsi à travers la France, au hasard des embauches de ces
compagnons faïenciers.
Certains noms sont restés dans  les mémoires, d' autres sont retombés dans l' oubli.
Mais il nous reste à travers ces créations du passé bien plus que le nom de leurs auteurs: le goût du travail bien fait, et la sensibilité champêtre de ces gens de la terre , le témoignage d' une époque où habileté, sensibilité et sens artistique étaient au service d' un art  présent dans des objets utilisés quotidiennement.  
Une époque  ou rentabilité et bénéfice cédaient la place  à  Amour du beau et Goût du travail bien fait.
Un atelier de faïencerie au XVIIIème siècle (Encyclopédie Diderot)
Historique de la Manufacture Royale de Samadet
Historique de la Manufacture Royale de Samadet